Les fées lapaient et les mouches volaient

10 décembre 2009

Léchez-nous tranquilles!!

"Cessons de lécher le parterre,
Et tous ces trottoirs malfamés;
Puisque ce sont d'autres mystères,
Dont nous sommes affamées.
Les genoux et la langue bien tendus,
Nous devrons bien garder;
Soyez les bienvenus! illustres inconnus!
Tous les secrets volés, voilés
Nous voulons révéler, pour mieux nous relever,
Afin d'être éveillés... enfin nous réveiller.
Nos deux "L" de demoiselles
Nous aideront à planer
En déplaçant les doutes surfant sur nos déroutes.
Non. Nous ne serons plus celles
Que vous avez lapidées.
Nous sortons de la croute, armées des clés de voûte.
Nous ne sommes pas comme elles, elles qui ensorcèlent:
Nous resterons deux fées qui laissent à la portée, à la volée,
L'harmonie tangible d'une paisible et volontaire humanité.

Posté par lesfeeslapaient à 02:02 - Commentaires [0]

06 décembre 2009

L'histoire

Les fées lapaient l’origine d’une sphère

Quand soudain, arrivée par derrière

Une ombre incolore vint les déranger.

 

Qu’allaient-elles donc faire,

Ces femelles esseulées?

Allaient-elles passer l’hiver ?

Allaient-elles renoncer ?

 

Non, il n’en serait rien.

Elles resteraient franches

A moins que le sort ne se découpe.

--Elles en prendraient bien une tranche.

 

Car à l’origine d’une sphère,

Les fées grincaient des dents.

Comme enfermées dans la soute

D’un avion en partance

Elles allaient coute que coute

Botter les fesses à la chance.

 

Et chaque rencontre se faisait volcanique.

La chance avait d’autres ressorts

Et bondissait , hystérique

Sur les fées, alertes encore.

 

Et c’est la gueule par terre

Que s’arrachaient les cheveux

De ces folles en travers

D’une route malmenée.

 

Chacune pouvait se relever

Alors l’histoire continuait.

Posté par lesfeeslapaient à 14:03 - Commentaires [0]